Accueil Opinion Re-parenter la jeunesse nigériane d'aujourd'hui pour que demain ne soit pas perdu

Re-parenter la jeunesse nigériane d'aujourd'hui pour que demain ne soit pas perdu

(Discours d'invité à la conférence All-Nigeria Rotary, Abuja, 13 novembre 2021 par le Rév. Fr. George EHUSANI Directeur Exécutif, Lux Terra Leadership Foundation

Publicité

Pour qu'un avenir pacifique et prospère émerge, les Nigérians bien pensants ont du travail à faire. Ceux qui ont une vision en nigérian doivent résister à la tentation de l'apathie et du découragement. Nous devons nous lever et être comptés du côté de la raison, de la vérité et de la justice. Nous devons nous abstenir de prendre le train en marche dans une vie de cupidité et de corruption.

Je félicite les quatre districts du Rotary International au Nigeria pour l'accueil de la Conférence du Rotary 2021 en cours pour l'ensemble du Nigeria. Je félicite les membres du Rotary District 9125 qui, je crois, accueillent la Conférence de cette année. Je prie pour que les interactions de cette conférence et les résultats soient une contribution significative à la réalisation du Nigeria uni, pacifique et prospère de notre rêve.

Ma brève intervention aujourd'hui s'intitule : Re-parenter la jeunesse nigériane d'aujourd'hui, que demain ne soit pas perdu. Je commencerais par un poème que j'ai composé il y a plus de 20 ans et qui, malheureusement, capture toujours notre situation nationale embarrassante aujourd'hui.

SCANDALE

Papa a mangé/ les raisins aigres

Et aujourd'hui/ Mes frères et sœurs

grincent des dents.

 

Maman a goûté/ le fruit défendu

Et maintenant/ les enfants sont sortis

Nue dans le froid.

 

Ils ont profané/ l'Arbre de l'Amour

Et violé/ le Sanctuaire de Justice

Et ainsi les enfants fuient/de l'Enfant de la Sagesse

Et tomber/dans l'étreinte insensible

De l'ange de la mort.

 

Demain est devenu/ un mur de pierre

Que mes frères et sœurs

Fixez/avec un désespoir en colère.

 

Maudit soit ce jour aveugle/quand papa a résolu

Pour voler de la nourriture/des mains

De ses propres enfants

Hélas pour cette heure sombre/ quand maman a choisi

Pour hypothéquer demain

Pour les plaisirs éphémères/ d'aujourd'hui.

–De George Ehusani, Pétales de vérité, 1998, page 105

Beaucoup conviendront avec moi que la nation nigériane est tristement dans le coma et sur le point de se désintégrer aujourd'hui, en grande partie à cause des générations successives d'élite irréfléchie, inconsidérément corrompue, irresponsable et étonnamment incompétente avec laquelle nous sommes en proie depuis l'indépendance, et particulièrement depuis le premier coup d'État de 1966. S'il y a quelques indices positifs ici et là, le comportement de la jeune génération d'aujourd'hui n'inspire pas particulièrement d'espoir dans l'immédiat. Voyez où nous nous sommes mis aujourd'hui : pendant que le reste du monde est en concurrence dans la technologie numérique, et vole haut à la vitesse des avions dans les affaires et l'économie, et tandis que d'autres explorent l'espace extra-atmosphérique et travaillent dur pour coloniser d'autres planètes, le les citoyens de leur propre pays sont immobiles, accablés par les vestiges d'un passé débauché et d'un présent confus ou ignorant qui est supervisé par un régime d'arrogance qui est en grande partie né d'une ignorance coupable. Après 61 ans d'indépendance, les Nigérians sont remplis de regrets et de nostalgie face aux promesses non tenues, aux espoirs déçus et aux rêves superficiels d'une terre d'unité, de paix et de prospérité. Pour beaucoup d'entre nous ici, l'histoire du Nigeria est celle d'un paradis perdu.

On dit qu'une société se développe bien lorsque les anciens plantent des arbres à l'ombre desquels ils savent qu'ils ne s'assoiront jamais. La vérité embarrassante que nous devons reconnaître aujourd'hui est que beaucoup d'entre nous qui se qualifient pour être appelés anciens ; beaucoup d'entre nous qui constituent l'élite politique, économique, sociale et religieuse du Nigéria, ont été au fil des ans des guides largement aveugles, des opportunistes avides, des pères méchants et des mères insensibles, qui ont volé sans vergogne et sans repentir la nourriture des mains de leurs propres enfants. Nos dirigeants militaires et suzerains politiques successifs se sont souvent avérés être des pilleurs téméraires et des pillards aveugles du Commonwealth. Ils ont souvent exploité la pauvreté et l'ignorance de la majorité de notre peuple, et profité des antipathies et polarités ethno-religieuses existantes pour une ambition politique et économique aveugle et égoïste.

La perpétuation de la culture de l'impunité, le mode de vie du matérialisme grossier, accompagné de cupidité et de corruption, le recours à la gratification instantanée, l'indiscipline accrue, la célébration généralisée de la perversion sensuelle et la normalisation des aberrations sexuelles qui étaient autrefois considérées comme abominables par générations précédentes, parmi tant d'autres dans la génération montante de la classe d'élite nigériane que nous appelons les leaders de demain - ce ne sont pas de bonnes indications d'une transformation majeure à attendre dans notre société au cours des prochaines années. Aucune société dans laquelle ces aberrations prospèrent ne peut s'attendre à un avenir sain, et les individus qui opèrent selon ces lignes destructrices ne peuvent probablement pas trouver un bonheur durable, un développement sain et la paix.

Au cours des soixante et une dernières années, alors que nous, les dirigeants, les parents, les enseignants et les prédicateurs, sommes devenus plus entreprenants dans la cupidité et les méfaits politiques, et que nous n'avons pas réussi à inspirer les jeunes dans la poursuite de valeurs plus élevées, nous avons perdu le contrôle de la jeune génération. Beaucoup de nos diplômés des écoles secondaires, des universités et des écoles polytechniques sont devenus des déviants sociaux, des fraudeurs sur Internet, des pervers sexuels, des toxicomanes, des ravisseurs vicieux, des bandits criminels et des insurgés terroristes, constituant une gêne dans nos maisons, un cauchemar dans nos écoles, et une nuisance dans nos bureaux. Avec bravade juvénile, beaucoup de ces jeunes se sont vengés d'une société adulte qui n'a pas réussi à leur donner un sens de l'orientation. Ils ont triché et volé, volé et violé, tué et mutilé, et ils ont souvent commis ces crimes avec la sophistication du mafieux italien.

Ainsi, je pense que la psyché collective de nos jeunes a été si gravement blessée et leurs consciences délicates si brutalement battues par les atrocités de la société adulte que nous avons maintenant la chance de perdre demain tout à fait. Notre peur est exacerbée par le nombre de jeunes délinquants qui sont quotidiennement présentés à la télévision par les agences de sécurité nigérianes comme des assassins présumés, des voleurs à main armée, des ravisseurs, des bandits et des insurgés. Il est étonnant de voir combien de Nigérians discutent et déplorent souvent l'augmentation du taux de criminalité parmi nos jeunes dans le pays sans tenir compte des circonstances socio-économiques et politiques acrimonieuses qui ont donné naissance au phénomène auquel nous devons maintenant faire face.

Nous nous sommes engagés dans une vie de débauche. Comme le fils prodigue de la parabole de Jésus, nous avons quitté notre palais d'orgueil pour habiter dans un abîme de honte. Nous avons souvent jeté la décence et l'intégrité aux chiens et jeté la justice et la vérité dans la fosse septique. Nous avons souvent violé l'amour et piétiné les pauvres et les faibles. Nous avons intronisé les pots-de-vin et la corruption, et élevé la menace à un si haut métier d'État, que les affaires du gouvernement ne peuvent presque pas se dérouler sans corruption. Nous avons gravement négligé nos institutions éducatives et fait de nos enseignants un objet de ridicule aux yeux de la société.

Nos écoles et collèges ont à leur tour perdu leur caractère sacré de centres de formation, et sont plutôt devenus des viviers pour voleurs, voyous, rabatteurs, sectateurs secrets, gangsters, violeurs et prostituées. Nous entendons ces jours-ci des écoliers battre leurs enseignants, licencier leurs directeurs et incendier leurs bibliothèques. La malversation aux examens dans certaines de nos écoles a maintenant pris une dimension effrayante dans laquelle les enseignants et les directeurs organisent la tricherie lors des examens externes, et les parents versent chaque année de l'argent pour « régler » les superviseurs et les surveillants. Jusqu'où les choses peuvent-elles aller au Nigeria ?

Ma propre réflexion est que nous sommes sur le point de perdre de nombreux autres millions de nos jeunes dont les dents sont à vif pour ainsi dire, parce que leurs pères ont mangé des raisins aigres. Nous sommes sur le point de perdre des millions de jeunes constipés parce que leurs mères ont mangé le fruit défendu. Nos jeunes, comme leurs pairs d'ailleurs, sont dotés de nombreux talents et ils sont pleins d'énergie et d'ingéniosité, mais ils n'ont pas la fierté nécessaire de leur patrie. Oui, nos jeunes sont très ingénieux et créatifs, mais ils sont souvent dépourvus de tout sens du but, du sens et de la direction. Nos enfants n'ont pas été correctement éduqués. Ils n'ont pas été suffisamment instruits et n'ont pas vu d'exemples pratiques de vérité et de justice, d'amour et de compassion, de sacrifice et de patriotisme, suffisamment pour les motiver.

Quand nos jeunes voient l'hypocrisie de la société adulte, ils se convainquent qu'il n'y a ni vérité ni justice dans le monde. Ils décident qu'il n'y a pas d'amour et de compassion. Ils concluent que le monde est une grande jungle, largement inspirée par le principe d'exploitation mutuelle et souvent régie par la loi de la survie du plus fort et du triomphe du méchant. Encore plus affligeant est le fait que nos jeunes semblent avoir perdu espoir. Et c'est le plus grand danger. Je pense que c'est l'absence d'espoir au milieu des difficultés qui a conduit beaucoup de ces jeunes sans emploi et sans emploi à certains des comportements les plus terribles dont nous sommes témoins aujourd'hui. Quand nous voyons nos jeunes devenir bestiaux dans la haine, impitoyables dans la violence et imprudents dans la destruction, nous n'avons pas besoin de prophètes et de devins pour nous dire pourquoi.

La dégénérescence progressive de notre paysage national au cours des soixante et une dernières années est un commentaire sur la qualité de vie que bon nombre d'entre nous dans la génération adulte ont vécue. Nous, la génération adulte, devons maintenant reconnaître devant nos jeunes que nous avons trahi notre patrie et n'avons pas réussi à jeter les bases nécessaires à un avenir prospère. Nous devons reconnaître le fait que nous avons souvent volé de la nourriture des mains de nos enfants. Chacun de nous est coupable dans la mesure où nous avons contribué d'une manière ou d'une autre au désordre du moment par notre mode de vie corrompu et égoïste. En tant que parents, enseignants, prédicateurs et anciens, nous avons souvent échoué à inspirer nos jeunes à vivre une vie de justice. En tant que dirigeants et anciens, nous avons souvent échoué à être un phare de lumière. Au lieu de cela, nous avons souvent été une source de scandale pour nos propres enfants et les enfants de notre pays. Oui, dans le passé, nous avons vu et malheureusement nous continuons de voir aujourd'hui trop de dirigeants et d'anciens qui sont des violateurs habituels de la vérité et des menteurs purs et simples. Les dirigeants et les anciens de ce pays ont à maintes reprises sacrifié la vérité et l'intégrité sur l'autel de la cupidité et en échange de la soif de pouvoir.

Il y a un travail sérieux à faire par nous tous qui appartenons à la société adulte au Nigeria, si nous ne voulons pas tuer demain avant le coucher du soleil d'aujourd'hui. Ceux qui cherchent à donner de l'espoir à la génération à venir doivent se réengager envers des valeurs qui contribuent à l'édification d'une nation comme la vérité et l'honnêteté, la justice et l'équité. Il y a du travail à faire pour la société adulte si nous devons redonner espoir à nos jeunes. Le temps est venu de se repentir. Pour ceux qui croient en Dieu, la situation peut être assez mauvaise mais pas désespérée. Nous pouvons faire l'expérience d'un rajeunissement si, aujourd'hui, nous commençons à revenir sur nos pas et à revenir à l'essentiel. Nous devons croire que des décombres de notre patrie brisée, un pays riche, puissant, pacifique et uni peut émerger, si aujourd'hui nous identifions et nous débarrassons des démons qui ont ensorcelé cette terre depuis l'indépendance.

Ceux qui cherchent à donner de l'espoir à la génération à venir doivent se réengager dans une vie de vérité, de justice et de droiture. Les parents doivent être prêts à faire des sacrifices pour le bien de leurs enfants. Les enseignants doivent reconnaître qu'ils enseignent plus par leur vie que par leurs leçons. Le monde a trop d'enseignants et de prédicateurs. Ce dont nos jeunes ont besoin aujourd'hui, ce sont des témoins vivants d'amour, de compassion, de vérité et de justice. Nous parlons trop de vérité, d'honnêteté et d'équité. Ce dont les jeunes ont plutôt besoin, c'est de voir cette vérité, cette honnêteté et cette équité au travail dans le cadre familial, dans la conduite des activités scolaires, et surtout dans la salle d'examen, dans la fonction publique, dans la passation et l'exécution des contrats, et dans des processus de gouvernance tels que la répartition juste et équitable des opportunités ainsi que l'application de sanctions. Les jeunes sont constamment déçus et déçus lorsque leurs dirigeants sont frauduleux ou lorsqu'ils voient des enseignants aider des élèves sans scrupules à tricher aux examens. Les jeunes sont choqués lorsqu'ils découvrent que leurs gouverneurs, ministres ou parents sont des menteurs. Alors ils se demandent si une vie de vérité est jamais possible de ce côté du ciel. Leur confiance est violée lorsqu'eux-mêmes ou leurs pairs sont harcelés ou abusés sexuellement par des anciens, des dirigeants, des prédicateurs et des enseignants.

Pour qu'un avenir pacifique et prospère émerge, les Nigérians bien pensants ont du travail à faire. Ceux qui ont une vision en nigérian doivent résister à la tentation de l'apathie et du découragement. Nous devons nous lever et être comptés du côté de la raison, de la vérité et de la justice. Nous devons nous abstenir de prendre le train en marche dans une vie de cupidité et de corruption. Nous devons rejeter le mode de vie insensé qui a conduit notre nation et notre peuple au désordre du moment. Nous devons commencer dès maintenant à cultiver les vertus de l'amour sacrificiel, de la vérité, de la justice, de la discipline et du patriotisme, qui seules peuvent apporter la paix et la prospérité. Si aujourd'hui nous cultivons ces vertus, alors nous aurions jeté les bases d'un avenir plus sain pour notre pays.

Nous avons besoin de leaders de conscience avec un sens suffisant de la mission pour défendre le projet très important de la formation des jeunes pour le rajeunissement national. À une époque et dans un environnement où le pouvoir matériel et le statut sont poursuivis avec passion religieuse et où la richesse est transformée en idole ; un âge et un environnement où beaucoup sont en proie à une pathologie sociale connue aujourd'hui sous le nom de « syndrome aigu de la célébrité », par lequel la fille de la page couverture, la reine de beauté, la star de cinéma, l'influenceur des médias sociaux, le sport le légende de la musique pop et les déviants sociaux qui gagnent beaucoup d'argent dans les émissions de téléréalité - sont élevés, adorés et vénérés comme des divinités, la tâche de nourrir les jeunes pour un leadership efficace, déterminé et désintéressé dans ce type d'environnement est ardue.

Mesdames et Messieurs, je suis ici pour vous dire aujourd'hui que le défi de réorganiser la société et d'effectuer un changement de paradigme dans notre orientation sociale et la priorisation des valeurs repose carrément sur les épaules de ceux d'entre nous qui sont suffisamment insatisfaits de la qualité de l'existence des Nigérians aujourd'hui, mais qui ont refusé d'abandonner notre existence d'entreprise. Ceux d'entre nous qui acceptent l'appel à assumer la responsabilité de l'avenir doivent maintenant sortir de la foule folle et être comptés du côté de la raison. Les membres du Rotary Club au Nigeria comme ailleurs appartiennent souvent à la classe de personnes que nous appelons l'élite politique, économique et religieuse. Les Rotariens ont souvent été les premiers bénéficiaires ainsi que les victimes du théâtre de l'absurde qu'est l'entreprise nigériane d'aujourd'hui. Nous avons eu des Rotariens parmi la succession de gangs criminels qui, au fil des ans, ont conspiré de manière insensée pour écraser le rêve nigérian, piller le paysage nigérian et dévorer le peuple nigérian.

Pourtant, les valeurs fondamentales des Rotariens du monde entier, qui ont propulsé des efforts caritatifs et humanitaires louables, incluent chacune le service, l'intégrité et le leadership sacrificiel. Ces valeurs fondamentales du Rotary International sont quelques-uns des ingrédients dont nous avons un besoin urgent que nous devons trouver des moyens d'enseigner à notre jeune population, s'il doit y avoir un espoir de rajeunissement pour notre pays malade et presque dans le coma. Les Rotariens nigérians et d'autres de bonne volonté doivent se lever aujourd'hui et être comptés à ce moment critique de l'histoire de notre nation. Nous devons prendre au sérieux les paroles de Brutus dans Jules César de Shakespeare, lorsqu'il déclara : « Il y a une marée dans les affaires des hommes, qui, prise au déluge, mène à la fortune. Omis, tout le voyage de leur vie est lié aux bas-fonds et aux misères. Sur une mer si pleine, nous sommes maintenant à flot. Et il faut prendre le courant quand il sert, ou perdre nos entreprises. " J'appelle vous Rotariens à penser à investir massivement dans la formation de notre population de jeunes dans le genre de valeurs qui donneraient un sens et un but à une vie.

Nos jeunes dans ce pays doivent apprendre qu'un meilleur Nigeria est possible, et ils doivent commencer dès aujourd'hui à y travailler. Il faut leur apprendre à éviter le matérialisme grossier, le consumérisme insensé et le plaisir aveugle, qui sont devenus la préoccupation dominante de leur génération. Les jeunes doivent apprendre qu'ils n'atteindront jamais leur plein potentiel dans la vie s'ils laissent les passions indisciplinées de la chair les submerger et les asservir. Il faut leur apprendre qu'au lieu de chercher à s'évader dans les ailes plastiques du plaisir sensuel, de la stupéfaction des drogues dures et de l'alcool, de la vanité et de la vanité qu'offrent quotidiennement les célébrités sur les réseaux sociaux, ils doivent investir leur jeunesse dans la quête d'un l'éducation, car le pouvoir réel passe par l'acquisition de connaissances. Si aujourd'hui nous commençons sérieusement à aider les jeunes nigérians à façonner leur vie sur la voie de la gratification différée au lieu de la gratification instantanée qui est maintenant à l'ordre du jour, alors l'avenir peut encore être sauvé, alors demain ne sera peut-être pas perdu. Si aujourd'hui nous nous engageons à montrer à nos jeunes comment choisir la vie à la place du désir de mort dominant qui s'exprime dans la violence et le crime généralisés ; si nous les aidons à choisir la culture de la discipline, du service et du sacrifice, à la place de la culture destructrice du plaisir imprudent et absolu ; alors ils peuvent avoir un avenir meilleur devant eux. Oui, si nous aidons nos jeunes à adopter ces valeurs et principes supérieurs, ils chanteront un jour l'hymne national avec un sentiment de respect pour nos héros passés, un sentiment de fierté pour leur patrie et un sentiment d'appartenance à une nation liée dans la liberté, la paix et l'unité.

Il ne suffit pas d'identifier les problèmes et de continuer à déplorer notre sort. Nous ne pouvons pas continuer à rester les bras croisés et à nous plaindre sans cesse de la situation déplorable, car il vaut mieux allumer une bougie que de maudire à jamais les ténèbres. Nous devons commencer par amener tous les jeunes sous notre sphère d'influence à s'engager dans la tâche primordiale du renouveau national. Mettons-nous tous au travail et allumons la bougie de l'espoir dans nos foyers, dans nos bureaux et dans nos écoles, en luttant pour illustrer les vertus de la vérité, de la justice, de l'honnêteté et de la discipline où que nous nous trouvions. Soyons délibérés et déterminés à modeler pour nos jeunes les vertus de l'amour sacrificiel, de la vérité, de la justice, de la discipline et du patriotisme, qui seuls peuvent apporter la paix et la prospérité souhaitées. Soyons délibérés dans la culture et la propagation d'une nouvelle éthique de vie, et poursuivons sans relâche cette feuille de route "

Permettez-moi de terminer cette réflexion en proposant que les jeunes nigérians, ainsi que ceux d'entre nous qui sont prêts à assumer la responsabilité de l'avenir, apprennent par cœur les promesses suivantes et les récitent quotidiennement, jusqu'à ce que nous parvenions au nouveau Nigeria de nos rêves :

  • Je promets mon engagement à l'émergence d'un nouveau Nigeria, reconnaissant que la cupidité et l'avarice sont un cancer qui ronge son propre hôte à mort ; que la corruption tue en fin de compte non seulement les victimes, mais aussi les coupables ; et qu'à moins que nous ne changions de cap, nous finirons forcément là où nous nous dirigeons.
  • Je promets mon engagement en faveur de l'émergence d'un nouveau Nigeria, reconnaissant que les mensonges, la manipulation et les subterfuges politiques n'ont jamais et ne nourriront jamais un peuple ; que le vol, le vol et la friponnerie, quel que soit le nom qu'on lui donne, quand il devient roi dans un pays, ce pays pourrit ; et que lorsque le hooliganisme et le banditisme prennent de l'ampleur, la superstructure s'effondre rapidement.
  • Je promets mon engagement à l'émergence d'un nouveau Nigeria, reconnaissant que là où l'anarchie devient la norme et l'illégalité la règle, la nation s'effondre ; que la justice exalte une nation, mais que le péché est un opprobre pour un peuple ; et que là où il n'y a pas de vision, le peuple périt bientôt.

Rév. Ehusani est prêtre, poète, écrivain, militant social et directeur exécutif de la Lux Terra Leadership FoundationIl a récemment présenté cet article à la conférence du Rotary All Nigeria en 2021 à Abuja..

Publicité
Article précédentLes habitants de Lagos condamnent l'utilisation de bâtiments abandonnés et inachevés comme cachette pour les mécréants
Article suivantLASG présentera le tourisme, la santé et d'autres avantages de la noix de coco à Agunkefest 2021

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..