Accueil Cours Un homme aurait violé une femme ivre de 22 ans

Un homme aurait violé une femme ivre de 22 ans

en détention provisoire - Lagospost.ng
Publicité

Un policier, le sergent. Odunayo Ologe, mercredi, a raconté à un tribunal de la violence domestique et des délits sexuels d'Ikeja comment un homme, Joshua Torile, aurait violé une femme de 22 ans alors qu'elle était ivre.

L'agence de presse du Nigéria (NAN) rapporte que Torile fait face à une accusation de viol devant le juge Abiola Soladoye.

L'infraction enfreint l'article 258 des lois pénales de l'État de Lagos, 2015.

Ologe, alors qu'elle était amenée à témoigner par le conseil d'État, Mme AR Abolade a déclaré au tribunal qu'elle était officier depuis 16 ans et qu'elle était actuellement attachée au poste de police de Maroko, à Lagos.

Elle a déclaré que la survivante (noms omis) était venue au poste avec son frère le 19 octobre 2019 et a signalé que l'accusé l'avait violée alors qu'elle était inconsciente en raison de sa forte consommation d'alcool.

« La survivante a déclaré que le 1er octobre 2019, l'un de leurs frères du même village a organisé une fête d'anniversaire à laquelle elle a assisté et s'est saoulée.

« Elle a dit qu'elle ne pouvait pas rentrer chez elle ce jour-là parce qu'elle était ivre.

« Elle a dit que son frère Benjamin l'a emmenée chez l'accusé pour passer la nuit car ils sont du même village.

"Elle a dit qu'elle avait découvert du sperme sur son corps dans la nuit mais qu'elle ne pouvait pas se lever à cause de l'alcool.

"Le matin, elle a commencé à ressentir des douleurs dans son vagin mais elle avait peur de demander ce qui lui était arrivé", a déclaré le témoin.

Le témoin a déclaré à la cour que le frère de la survivante lui avait rendu visite quelques jours plus tard sur son lieu de travail à Oniru et lui avait demandé si elle savait ce qui lui était arrivé le jour où elle avait dormi chez l'accusé.

« Le frère de la survivante lui a dit que l'accusé avait eu des relations sexuelles avec elle et que l'accusé s'était confié à lui.

"La survivante et son frère ont signalé le cas au poste et ils ont tous les deux écrit leurs déclarations", a-t-elle déclaré.

NAN rapporte que les déclarations de la survivante et de son frère ont été présentées et admises comme pièces à conviction.

Le témoin a en outre déclaré que l'accusé avait été arrêté le 15 octobre 2019 à son domicile et avait également rédigé sa déclaration au poste.

L'avocate de la défense, Mme Enor Agofure, s'est toutefois opposée à l'admission de la déclaration de l'accusé, arguant que sa déclaration avait été obtenue sous la torture.

Agofure a prié le tribunal d'ajourner l'affaire pour contre-interrogatoire car c'était la première fois qu'elle traitait l'affaire.

Cependant, le juge a rejeté son objection, déclarant que l'accusé n'avait pas dit au tribunal qu'il avait été torturé.

Soladoye a par la suite admis la déclaration de l'accusé en preuve.

Elle a en outre mis en garde l'avocat de la défense pour avoir demandé un ajournement frivole, notant qu'elle avait annoncé sa comparution pour l'affaire et qu'elle devait être prête à travailler.

Le juge a ajourné l'affaire jusqu'au 19 mai pour contre-interrogatoire.

NAN

Publicité
Article précédentLe Nigeria se classe deuxième avec le flux le plus musical sur Spotify
Article suivantFemi Kuti réagit à la mort d'Orlando Julius

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..