Accueil Cours L'ICPC met en accusation l'ancien DG de la FIIRO pour fraude aux certificats à Lagos

L'ICPC met en accusation l'ancien DG de la FIIRO pour fraude aux certificats à Lagos

CIPC - lagospost.ng
Publicité

L'Independent Corrupt Practices and Other Related Offences (ICPC) a inculpé Chima Igwe, ancien directeur général par intérim de l'Institut fédéral de recherche industrielle, FIIRO, devant le tribunal des infractions spéciales de l'État de Lagos pour suspicion de fraude de certificat.

Le procureur de l'ICPC a amarré Igwe sur une accusation de trois chefs d'accusation devant le juge Sherifat Solebo pour avoir présenté frauduleusement un faux doctorat à la direction de l'institution.

Selon l'agence anti-corruption, l'accusé a commis le crime en tant qu'officier public en 2002.

Igwe a été accusé d'avoir fourni de fausses informations à des fins de tromperie, d'avoir utilisé son bureau pour se rapporter des profits injustes et de fournir de fausses informations à des agents publics.

Le bureau du procureur a allégué que l'accusé, en tant que membre du personnel de l'Institut fédéral de recherche industrielle d'Oshodi (FIIRO), avait injustement bénéficié en fournissant à l'Institut une lettre d'attestation attestant l'obtention d'un doctorat en chimie appliquée de l'Université de Abomey-Calavi (UAC) République du Bénin, après quoi il a reçu de nombreuses promotions et a été promu au conseil d'administration.

Les crimes allégués par l'ICPC violent les articles 17(1)(c) et 19 de la Loi de 2000 sur les pratiques de corruption et autres infractions connexes et sont punissables par la loi.

En outre, sa fausse déclaration d'un fonctionnaire viole l'article 25 (1) (a) et sera punie en vertu de la loi de 2020 sur les pratiques de corruption et autres infractions connexes.

Il a cependant plaidé non coupable à l'accusation et le juge lui a accordé une caution de 500 millions de nairas avec deux cautions d'un montant similaire.

Le juge Solebo a également ordonné que les cautions soient basées à Lagos et actuellement employées.

Le juge a ajourné l'affaire au 21 février 2022 pour le début du procès.

Publicité
Article précédentKanu Nwankwo, hôtel condamné à une amende par le tribunal de Lagos pour une dette présumée de 924.7 millions de nairas
Article suivantAucun assureur n'a révélé de liens avec le bâtiment effondré d'Ikoyi - NCRIB

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..