Accueil Cours Un faux général de l'armée mis en examen pour fraude de 266 millions de nairas

Un faux général de l'armée mis en examen pour fraude de 266 millions de nairas

fausse armée-lagospost.ng
Publicité

Le juge Oluwatoyin Taiwo du tribunal des infractions spéciales de l'État de Lagos, siégeant à Ikeja, a interpellé lundi un imposteur présumé, Abiodun Bolarinwa, au centre de détention d'Ikoyi pour fraude.

En janvier 2022, la Commission des crimes économiques et financiers a appréhendé l'accusé, qui prétendait être un général militaire ayant obtenu un prêt de 270 millions de nairas auprès d'une société de transport, Kodef Clearing Resources.

Il a été établi que Bolarinwa aurait dit à la société que le président Muhammdu Buhari l'avait présélectionné pour une nomination au poste de chef d'état-major de l'armée et qu'il avait besoin d'une subvention urgente pour traiter la nomination.

On a dit qu'il avait falsifié une lettre de nomination portant la signature du président.
Bolarinwa a été inculpé de 13 chefs d'accusation.

Les accusations se lisent en partie comme suit : "Bolarinwa Abiodun, entre le 17 août 2017 et le 12 décembre 2018, à Lagos, dans la juridiction de cet honorable tribunal, avec l'intention de frauder et tout en se présentant comme un général de l'armée nigériane, a obtenu une somme cumulée de 266,500,000 XNUMX XNUMX nairas de Kodef Clearing Resources Limited, sous prétexte que la somme représentait une partie du montant dépensé pour `` presser et traiter '' votre nomination entrante par le président et commandant en chef des forces armées, en tant que Chef d'état-major de l'armée nigériane, dont vous saviez que la prétention était fausse.

Il a plaidé non coupable des accusations.

Cependant, l'avocat de l'EFCC a déclaré: "Nous n'avons été servis que récemment et nous aurons besoin de plus de temps."
Lawal a déclaré que l'accusé était détenu par la commission depuis le 12 janvier 2022 et qu'il était venu au tribunal à partir de là.

Il a déclaré: «Nous avons fait plusieurs tentatives pour que l'accusé obtienne une caution administrative.
« La commission nous a également dit de faire venir une caution et nous nous sommes conformés à leur mandat, mais en vain.

"Nous prierons le tribunal pour une courte date possible car c'est la seule option pour l'accusé de sauver ses droits fondamentaux et constitutionnels."

Le juge Taiwo a ajourné l'affaire jusqu'au 14 avril 2022, pour une nouvelle audience.

Publicité
Article précédent« Seulement 7.6 % du pétrole brut est volé » – Gbenga Komolafe
Article suivant"Le réseau national s'est effondré deux fois la semaine dernière" — rapport FG

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..