Accueil Actualités « L'Afrique souffre plus des enjeux du changement climatique, tout en y contribuant moins »...

« L'Afrique souffre plus des enjeux du changement climatique, tout en y contribuant moins » -AGRA

AGRA-Lagospost.ng
Publicité

Selon l'Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), l'Afrique souffre davantage des défis du changement climatique tout en y contribuant moins.

Au cours de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, également connue sous le nom de Conférence des Parties (COP26) qui se déroule actuellement en Écosse, au Royaume-Uni.

L'AGRA, une organisation faîtière, a déclaré qu'elle cherchera une attention rapide à de telles préoccupations affectant l'Afrique.

Lors d'un entretien avec le président du conseil d'administration de l'AGRA, Hailemariam Desalegn, il a déclaré que des promesses et des engagements en faveur de la justice climatique avaient été pris, mais que la majorité d'entre eux n'avaient jamais été tenus.

Desalegn a également souligné l'importance de renforcer la résilience des agriculteurs africains et de les éduquer sur la façon de s'adapter aux difficultés du changement climatique ainsi que de développer des solutions à long terme.

Il pense que le passage de l'agriculture d'un secteur rétrograde à un secteur axé sur le numérique est essentiel pour créer une agro-économie inclusive tout en encourageant la participation des jeunes.

Selon le président, un pourcentage énorme de jeunes sont au fait des technologies et conscients du potentiel disponible dans l'économie numérique.

« La technologie joue un rôle essentiel dans l'adaptation au changement climatique.

« Les individus doivent changer les récits négatifs et s'impliquer dans les pratiques agronomiques modernes », a déclaré Desalegn.

« Le Nigeria est un pays avec plus de 20 millions de petits agriculteurs, AGRA est passionnée par le changement de la vie économique des agriculteurs à la fois dans le pays et dans d'autres parties de l'Afrique.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement et le secteur privé pour améliorer la sécurité alimentaire et stimuler la production alimentaire locale », a-t-il ajouté.

Afin de captiver le cœur de la jeune génération, a-t-il souligné, les administrations à tous les niveaux doivent moderniser et numériser le secteur alimentaire.

Il a également déclaré que l'AGRA travaille en étroite collaboration avec les petits agriculteurs pour les éduquer sur les pratiques agricoles modernes adaptées au sol africain.

Publicité
Article précédentYouTube cache le bouton "Je n'aime pas" pour protéger le créateur de contenu
Article suivantLe NBS va mener un recensement agricole

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..